A l'attaque !·Chez les collègues·Formation·I'm not dead·Je suis fan·L'éducnat·Mes projets·Tous ensemble !

Je suis formatrice et j’aime ça.

Etre formateur, c’est un métier. Je n’en avais pas conscience avant de rédiger mon mémoire de CAFA, avant les discussions avec ma tutrice de mémoire. Maintenant j’ai compris : il y a des tas de choses que je n’avais pas réalisées, que je ne savais pas, ou que je niais.

Rien qu’aujourd’hui, j’ai commencé par mettre en oeuvre un dispositif appris en formation, auprès d’élèves en grande difficulté. C’était chouette et je me suis sentie utile.

Ensuite, j’ai animé un morceau de matinée avec deux collègues formateurs, à destinations d’assistants pédagogiques. C’était bien, vraiment bien. Harmonieux dans l’animation, et les assistants pédagogiques avaient l’air contents. Ils ont montré comme ils s’étaient approprié le contenu. C’était un bon moment, dans ma zone de confort, mais je me suis sentie utile.

En roulant d’Elbeuf à la banlieue du Havre, j’ai eu un long entretien téléphonique avec un chef  d’établissement, pour réfléchir ensemble à la façon de résoudre un problème. Nous n’étions pas d’accord, nous avons argumenté chacun de notre côté, nous avons trouvé une troisième voie. C’était compliqué, un peu délicat, intéressant et fructueux. Je me suis sentie utile.

Capture d’écran 2017-04-06 à 19.21.44.png
C’est pas gagné…

J’ai animé une formation avec des collègues, sur l’évaluation des compétences. Une partie des collègues était ouverte, volontaire, curieuse, pas forcément convaincue mais prête à essayer. L’autre était résolument en opposition avec l’idée même d’expérimenter une autre méthodologie, mitraillait son amertume en refusant d’entendre mes arguments, m’a taxée d’hypocrisie (alors là, raté. Je ne suis pas du tout hypocrite. Je peux me tromper, mais en toute bonne foi. Mais là, sur ce coup-là, je ne me trompe pas 😉 ). Plusieurs collègues, à la fin, m’ont remerciée, d’autres m’ont dit leur honte face au comportement de certains les leurs. En rentrant, j’avais deux mails d’enseignants de l’établissement qui me posent des questions pour aller plus loin. C’était bruyant, conflictuel, anti-démocratique, productif et enrichissant. J’ai géré la situation, sans me sentir en difficulté. Je me suis sentie utile (pas à tout le monde. Sans doute pas, en tout cas).

Et puis en rentrant, j’ai appris que l’APMEP avait retenu mes quatre propositions d’ateliers pour les journées nationales de Nantes. J’espère que je vais être à la hauteur, et me sentir utile.

Voilà. Ma journée est finie.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s