A l'attaque !·Allez les jeunes !·Au collège·Chez les élèves·Club maths·En classe·I'm not dead·Je suis fan·Maths pour tous·Quel beau métier·Tous ensemble !

Ma journée tellement bisounours que ça fait peur (même à moi)

Aujourd’hui, je me suis trainée toute la journée. Crevée, raplapla, ratatinée. La conférence de consensus (et le manque de sommeil qu’elle a généré, puisqu’on a pas mal bossé, tout de même), et un weekend pas reposant (tout à rattraper pour être dans les clous dans la semaine) : mon lundi a été difficile de bout en bout. La perspective de travailler de 8h à 19h n’aidait pas…

Mais à chaque heure, mes élèves ou mes étudiants m’ont donné la pêche :

Je rends l’évaluation en sixième : des élèves passent de niveau, et ils lèvent les bras en signe de victoire, ou bien ils se trémoussent de joie. « Madame, madame, je peux utiliser mon objet du niveau 7 ? »,  « Madame, moi je voudrais utiliser le 11. »,  « Madaaaaaaame est-ce que je peux inventer mon objet de niveau 12 ? J’ai des super idées ! », « madame, vous avez vu comment c’est vert, là, mes points ? Vous vous souvenez comment au début c’était plein e rouge ? »

Je poursuis par « Bon, j’en ai ras la casquette que vous ne justifiez pas systématiquement. Alors bim, treize d’entre vous ont un travail supplémentaire à me faire pour vendredi. Vous allez m’écrire une nouvelle, une fable, un poème, une charade ou réaliser une BD qui m’explique pourquoi justifier est important. » ; réactions : « Ouaaah, madame, super ! Je peux faire ça ? » « Et moi ça ?? » « Et moi madame j’ai ça comme idée ! » « On peut décorer ? » « Je peux utiliser l’ordinateur ? » « Madame c’est trop bien comme punition ! » « Moi, je peux en faire deux ? » « Madame, je ne suis pas dans la liste, je peux le faire quand même ? ». Bon, c’est ce que je visais, et j’avais bien réfléchir à une « punition » formatrice et attractive.  Que nous allons réinvestir en débat de classe. Mais quand même…

Plus tard, nous enchaînons sur le rallye mathématique, semaine des maths oblige. « Madame, on va gagner pour vous ! » ; « Non madame, enfin si, on va essayer de gagner, mais surtout vous allez voir, on va travailler comme vous dites que c’est bien, on va s’écouter et réfléchir en vrai ». Mission accomplie. J’en ai eu, du mal, à les faire travailler collectivement, ces loulous-là. mais là, on y est.

Et puis plus tard encore, au club maths, un élève de cinquième vient me voir, tout émoustillé : madame, j’ai regardé une chaîne youtube sur les maths et j’ai compris le théorème de Pythagore. Je peux vous montrer ? Il me montre, il a compris en effet comment on utilise le théorème, sa contraposée et sa réciproque. je lui donne des exercices en plus, il me les plie. Je lui demande d’expliquer à ses camarades, dont il a suscité la curiosité. Il leur explique et leur fait comprendre à leur tour. Ils me disent « Alors là, il m’épate, je suis impressionnée ». Mon élève, qui est en difficulté et en grand manque de confiance, se retourne vers moi, avec un regard et un sourire inoubliables.

Mais le groupe de Pythagoriciens ne se contente pas de savoir appliquer le théorème : « mais madame, pourquoi c’est vrai ? ». Je sors donc mon puzzle de Pythagore fait maison, et nous  réfléchissons : les aires des carrés construits sur le triangle, et donc que devrait-on pouvoir vérifier ? Une élève se lève en s’exclamant « les deux petits, ils doivent recouvrir pile poil le grand ! et allez ou, que tout le monde s’affaire ensemble à ce tangram mathématique.

Capture d_écran 2017-03-13 à 19.16.42Et puis en atelier lecture, cet élève qui  me dit « dans un sens ça me rassure, parce que si en fait je ne sais pas lire, enfin si je ne comprends pas ce que je devrais comprendre, c’est pas ma faute si j’y arrive pas au collège. Enfin, ça veut dire que je ne suis pas bête, non ? Et même peut-être, je pourrais y arriver mieux, si on m’explique comment faire ? »

Ou alors encore : vendredi on fait un « Comment ça va? », alors bossez bien pour en profiter pour bien progresser. Réaction d’élèves « Ouaiiiiis, super, un « Comment ça va? », j’adore et après je comprends trop bien ! »

Enfin à l’espe, avec mes étudiants PE, une étudiante vient me voir en partant : « madame vous savez, je voulais vous remercier, parce que j’ai compris, et ce que j’ai compris, ben c’est compliqué. Je suis contente ». Moi aussi, jeune fille, je suis contente.

Alors bon, être ronchon, c’est trop dur. Je laisse tomber, et je vais juste me coucher tôt.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s