Enseignement·L'éducnat·Quel beau métier

Parents et profs : ça se dégrade

Sur Intellego.fr, voici ce qu’on peut lire, dans un article du 29 avril 2014 :

Une enquête exclusive du Parisien révèle le niveau de violence atteint entre les parents et les enseignants. Les résultats sont alarmants : près d’un directeur sur deux avoue s’être fait agresser verbalement ou physiquement l’année passée. Une situation inquiétante qui ne cesse, pourtant, pas de se dégrader. 


L’enquête du Parisien est révélatrice de la défiance des parents envers les enseignants. Jadis, l’autorité du prof était relayée au sein des familles et personne ne se serait permis de la remettre en cause. A l’ère de l’enfant roi, les repères s’inversent. Trop de parents prennent aujourd’hui fait et cause pour leurs enfants contre les enseignants. Les punitions ne sont plus appliquées. Pire : elles sont dénoncées par les parents. Le Parisien a donc missionné Georges Fotinos, chercheur associé à l’Observatoire international de la violence à l’école, pour analyser la situation : 4 000 directeurs d’écoles élémentaires et de maternelles ont été soumis à un questionnaire portant sur les relations parents-enseignants. Résultats : le temps n’est plus à la confiance mais aux tensions.

Selon 40,3 % des directeurs d’écoles, les liens parents-profs se sont détériorés ces dernières années. Raison principale ? Les parents « Ne savent pas ce qu’il faut faire pour aider leurs enfants à la maison ». L’accompagnement scolaire hors de l’école fait donc défaut et se répercute immanquablement sur le travail et le comportement de certains enfants. (…) Alain Rei, porte-parole de l’association des directeurs d’écoles (GDID), explique dans le quotidien que « Les parents nous prennent de plus en plus pour des marchands de savoir : ils exigent un catalogue de prestations, comme si on était un comité d’entreprise. » Les parents et leurs enfants se définiraient donc avant tout comme des consommateurs (de 30 % à 40 % selon George Fotinos) et comme les « Clients sont rois »

C’est aussi évident que dramatique : en effet, les relations se dégradent. J’en ai parlé ici, le mépris pour l’enseignant et l’école est très inquiétant. Heureusement, le plus souvent, les parents sont concernés, constructifs, communicants. Mais les incidents se multiplient et il suffit détendre l’oreille en salle des profs pour le constater. Clairement, nous sommes de plus en plus ceux qui proposent un service, et les parents (voire les élèves) en disposent comme bon leur semble, et éventuellement remettent en cause nos compétences. Personnellement, j’ai la chance d’avoir vécu très peu de conflits avec des parents, mais les rendez-vous à répétition manqués sans prévenir et sans s’excuser, les « demandes d’explications » sur une note ou une punition, les mots qui excusent régulièrement un élève de ne pas avoir fait son travail car il avait quelque chose à faire, etc., se multiplient et creusent un fossé dangereux.
Ces incompréhensions n’ont pas de raisons objectives d’être. Nous travaillons, parents et enseignants, au bien des enfants, à leur donner les outils pour devenir des adultes heureux et accomplis. Alors parlons-nous et respectons-nous !
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s