Au collège·Cinquième·En classe

Première séquence de cinquième

Sur le modèle de ce que j’ai prévu en sixième pour cette année, voici la première séquence de cinquième. Je pensais conserver davantage ce que j’avais préparé l’année dernière, et puis non. J’ai exclu de cette séquence toute la partie sur la médiatrice et l’inégalité triangulaire, que j’avais casée l’année dernière à ce moment là. En revanche j’ai beaucoup plus insisté sur la proportionnalité dès le tout début. On verra !

Capture d_écran 2017-08-21 à 19.55.31Capture d_écran 2017-08-21 à 19.55.36Capture d_écran 2017-08-21 à 19.55.41

A l'attaque !·Actualité·Informatique·Lycée·Nouvelles technologies

Le python, c’est royal (*) (**)

Hé ben voilà, je me suis mise au Python. Puisqu’Algobox n’est plus tendance et que Python a la cote, puisque j’étais assez ignorante de Python à part des lectures, j’ai demandé à mon fiston de m’expliquer. En fait c’est assez simple, et il n’y a qu’à s’emparer du lexique des instructions. Je m’étais donné des objectifs trèèèès modestes : calculer l’image d’une valeur par une fonction, déterminer la valeur d’un terme d’une suite à un rang donné, trouver à partir de quel rang les valeurs des termes d’une suite dépassent un certain seuil. D’ici peu je travaillerai des exercices plus complexes pour progresser.

Capture d_écran 2017-08-21 à 16.21.57

(*) Je vous prie d’accepter mes excuses pour ce lamentable jeu de mots

(**) La première version de mon article n’est pas apparue et a été effacée… Y aurait-il un lobby d’Algobox ? Mmmmh…

A l'attaque !·Allez les jeunes !·Enseignement·hommage·Je suis fan·Pour mes étudiants·Quel beau métier

Je ne voudrais pas que tu laisses dormir ton intelligence

Jacques Stephen Alexis était écrivain, homme politique et médecin haïtien, humaniste, militant, résistant. Ce matin, une émission sur France Inter a cité sa Lettre à Florence, sa fille. L’extrait que j’ai entendu se termine ainsi :

« Et surtout… n’oublie jamais qu’un être humain ce n’est pas seulement des bras, des jambes et des mains, c’est avant tout une intelligence. Je ne voudrais pas que tu laisses dormir ton intelligence. Quand on laisse dormir son intelligence elle se rouille, comme un clou, et puis on est méchant sans le savoir…« 

Cette conclusion m’a frappée et émue. Et je me suis dit que c’était une bonne entrée en matière pour accueillir les futurs enseignants, à l’ESPE. Car dans le fond, le coeur de notre raison d’être, en tant qu’enseignants, est là, dans ces mots simples et beaux.

Ne laissons pas dormir l’intelligence de nos élèves.

ob_f75e8f_5713-3-l-e-crivain-hai-tien-ja.jpg

Chez les chercheurs·hommage

Maryam Mirzakhani

Il y a un mois mourait, encore si jeune, la mathématicienne Maryam Mirzakhani. L’annonce de sa mort m’a frappée, physiquement. Je connaissais bien peu de choses d’elle et je ne suis pas en mesure de comprendre ses travaux, mais lorsqu’elle avait reçu la médaille Fields j’avais lu des articles et visionné des interviews, et il était évident qu’elle avait une personnalité hors du commun, lumineuse.

Moira Chas a consacré un très bel article, dans Pour la Science, à cette femme remarquable. Je vous en conseille la lecture.

fields_maryam_mirzakhani_-1-.jpg

Lire·Actualité

Le coût de la rentrée

Je suis perplexe. Comme tous les ans on nous bombarde de chiffres astronomiques, sommes que nous dépensons soi-disant pour nos enfants à l’occasion de la rentrée. Je précise que des enfants, j’en ai pas mal sous la main, en collège, lycée, lycée pro, fac, et que donc que vis aussi la situation.

La confédération syndicale des familles a mis en ligne un dossier complet intéressant, à lire ici. Elle publie aussi ce diagramme :

Capture d’écran 2017-08-20 à 11.26.42.png

Alors là, je ne comprends pas. je n’ai pas dépensé, et je n’ai jamais dépensé des sommes pareilles pour nos enfants. Pourtant nous achetons tout, sauf en effet du matériel pour le lycée pro, que des amis nous ont donné, et une des calculatrices des enfants est à moi. Mais même en incluant ces articles, nous n’arrivons pas à 700€ pour notre garçon en lycée pro, par exemple, loin de là. Peut-être les études comptent-elles les manuels, en même temps. Dans notre cas, la revente des manuels de l’année précédente et ce que donne la région couvre intégralement le rachat des nouveaux. Pour ma fille en collège ils me coûtent dans les 40€, avec les fichiers de langue.

France Info écrit « 90 % des familles qui ont participé à cette enquête expliquent que pour réduire le budget, elles réutilisent les fournitures d’une année sur l’autre : le petit matériel, la trousse et le cartable ». C’est bien sûr notre cas aussi : pourquoi rachèterions-nous des sacs dos ou des Cartables puisque les les anciens vont encore bien ? Nous en rachèterons lorsque ceux-là seront HS. France Info poursuit : « Il leur reste tout de même à racheter des cahiers, des vêtements ». Alors les cahiers, ça ne va pas loin, en terme de budget. Certes je n’attends pas la rentrée, en général, et je profite de déstockages et de promos pour faire des réserves. Et les vêtements, ils servent tout le temps, et la rentrée n’y est pour rien dans leur achat. Quant aux « deux paires de baskets destinées aux activités sportives, une pour l’intérieur, l’autre pour l’extérieur », c’est vrai que c’est pénible (en plus le 42 de septembre est devenu trop petit en décembre, où il faut du 44…), voire abusif. Mais on en trouve à 15€.

Alors je m’interroge : sommes-nous particulièrement économes (ahaaaaahaaaaaaaa elle est bonne celle-là!) et organisés (ça oui, en revanche), envisagerons-nous différemment les choses (je ne prends en compte que ce qui reste une fois la dotation de la région déduite, par exemple) ou la méthodologie des médias est-elle mal fichue ?

Réformes·Evénement

Rythmes scolaires à l’affiche

Dans une commune voisine, voici l’affichage public du moment :

Capture d’écran 2017-08-19 à 18.08.21.png

La réalisation est rigolote, mais le fait de dépenser de l’argent public ainsi me laisse perplexe, ainsi que le fait de se réjouir de revenir au confort des parents (d’une partie, en tout cas) sans prendre en compte la bien-être des enfants.

Bon, disons que c’est une façon de communiquer avec ses administrés qui change, au moins !

A l'attaque !

J-7

Ben voilà, il fallait bien que ça finisse par arriver : vendredi prochain je serai au boulot. Ah tiens oui, on me signale que là tout de suite je suis au boulot. Mais vendredi prochain je serai au boulot à l’ESPE, pas à mon bureau, avec un petit café, les rires des enfants en fond sonore et mon mari tout près.

Mais ça va être bien. Ca va être une bonne année. Avec de nouvelles aventures, du frisson, de l’émotion, du suspense, de l’amitié, et des maths.

Surtout des maths, en fait.

Allez hop, plus qu’une semaine pour finir mes prep !